La Mémoire Cellulaire, Qu'est ce que c'est ??


 

Dans les années 1920, Sri Aurobindo et Mère sont les premiers à parler d’une mémoire mentale des cellules.

Sri Aurobindo est un yogi indien, philosophe, homme politique révolutionnaire et grand visionnaire. Il consacre une partie de sa vie à une recherche intérieure et concrète sur l’évolution de la conscience.

Il pense que l’homme peut être le collaborateur conscient de sa propre évolution.

Mirra Alfassa, surnommée « la mère » est une mathématicienne française, artiste accomplie et musicienne.

Elle est très attachée à l’explication matérielle de ses recherches.

Ils se rencontrent à Pondichery et passeront 30 années à étudier et allier leur deux  spécialité : la conscience dans le corps, qu’ils qualifieront plus tard de « mental des cellules » -

Origine de nos souffrances mais aussi de nos potentialités.

 

C‘est à 40 ans, alors condamnée par un cancer qui doit l’emporter en trois mois que Myriam Brousse découvre l’enseignement de Mère et Sri Aurobindo par l’intermédiaire d’un Lama Tibétain.

En expérimentant cet enseignement sur elle-même, elle parvient à dépasser sa maladie. Elle consacrera alors plusieurs années de sa vie à rechercher et à mettre en place une méthode simple, concrète et efficace pour  permettre à chacun d’aller à la rencontre de ce mental dans nos cellules.     

Mais qu’est ce donc que ce mental des cellules ?

Notre corps est constitué de cellules, qui contiennent non seulement des informations génétiques (couleur des yeux, cheveux etc…) mais aussi « psychiques ».

 

Ainsi lors de notre création, dès la rencontre de l’ovocyte et du spermatozoïde nous héritons des informations, appelées mémoires de nos deux parents et avant eux de toute une généalogie…

Ces informations s’inscriront dans notre corps dès l acte sexuel de nos parents. Elles continueront de s’engrammer dans notre corps à la manière d’un micro-sillon qui se creusent sur notre disque dur au gré de des évènements, du vécu du fœtus pendant toute la grossesse.

«  Tout ce qui ne s’exprime pas, s’imprime » 

L’acquis des parents devient désormais l’inné des enfants, programme auquel répondront inconsciemment les enfants toute leur vie.

 

Voilà un court reportage qui montre les expériences scientifiques suisses sur l'ADN et les traces "physiques" que laisse les traumatismes "psychiques". Ils remontent à la 4ème génération déjà et montre que la trace du traumatisme augmente sur l'ADN avec la descendance ... 

Cliquez sur l'image, le reportage commence à 16:24

Ainsi tout au long de notre vie, à certains stimuli et bien malgré nous, l’information sera traité de manière automatique par ce fameux disque dur et la réponse reflexe de survie sera toujours la même.

A la différence près que cette réaction qui à l’époque était pour notre survie devient complètement obsolète, aberrante et souffrante avec le temps. Et que notre projet à nous, notre mission de vie diffère de ces mémoires et provoque une grande souffrance et une sensation d’enfermement dans des schémas répétitifs…

 

Ce ne sont donc pas les évènements présents qui déclenchent nos souffrances mais bien ce à quoi ils nous renvoient par les mémoires qui sont en jeu, les informations qui circulent à l’insu de notre mental. 

 

Aussi la méthode d’investigation en mémoire cellulaire permet  au patient qui en fait la demande de remonter petit à petit à la cause des causes et de se réapproprier sa vie, de ne plus être « subissant » mais conscient puis créateur de sa réalité.

 

En allant rencontrer puis transformer ces mémoires limitantes, le patient s’offre la Liberté d’accéder pleinement à son Libre Arbitre mais aussi à l’expression pleine de ces potentialités. Bien plus qu’une thérapie, la méthode est un véritable éveil de la conscience qui amènera le consultant à retrouver sa mission de vie et la possibilité d'y répondre .

 

Et Pour aller plus loin - l'indispensable :